Préparer un Time Building aux USA

Suite à mon séjour en Californie pour monter mes heures, je vais vous faire part de mon expérience et essayer de résumer quelles sont les démarches à effectuer avant et pendant votre “Time Building”.

Pour rappel, je suis parti à San Diego (CA) durant 3 mois de Février à Avril 2011. J’ai choisi les USA et plus particulièrement la Californie pour plusieurs raisons:

  • le prix de l’heure de vol (2 fois moins chère qu’en France)
  • l’expérience aéronautique et humaine que j’allais vivre
  • la volonté d’améliorer mon anglais (communications en vol et anglais en général)
  • la diversité des paysages dans cette région des US dans un environnement aérien chargé

Avant tout chose, il va vous falloir réfléchir à plusieurs points. Combien d’heures vous voulez faire? Cela va déterminer combien de temps vous allez rester sur place et estimer en conséquence un budget approximatif. A titre indicatif, j’ai réalisé 80 heures en 3 mois ce qui est largement suffisant. J’avais terminé en 2 mois et demi en prenant mon temps. Il faut se donner une “marge météo” en fonction de la période où vous partez. Même si on parle de la Californie, plus particulièrement du Sud réputée pour être ensoleillé, il arrive de temps à autre de rester cloué au sol pour plusieurs jours. Il faut également penser à vos débuts sur place, le temps de s’installer, trouver ses marques… Et, ce pourquoi vous êtes venu, voler mais voler solo. En effet, vous n’allez pas voler seul à bord dès que vous arrivez. Quelque soit l’aéroclub que vous aurez choisi, il vous faudra passer un “flight review”. Légalement, la FAA demande au minimum 1h d’instruction au sol et 1h en vol. Cela pourrait presque suffire si vous n’allez que sur des terrains non-contrôlés dans le désert, en gros là où il n’y a personne et peu d’échange radio. En pratique, cela prend bien plus que 2h si vous voulez être capable de voler n’importe où. L’environnement aérien dans les zones de Los Angeles et San Diego est plutôt chargé et cela va vous prendre du temps pour vous acclimater au milieu mais surtout pour comprendre les communications et collationner les messages. Cela dépend bien sûr de votre niveau initial. Mais il faudra compter au moins 15 jours après votre date d’arrivée pour être “lâché”. Je pense que c’est une moyenne et cela dépend de vous mais aussi de l’instructeur. L’instruction aux US est en moyenne de $50/heure.

La première tâche à réaliser est de faire reconnaître votre PPL Français par la FAA. Pour se faire, je vous laisse suivre la très bonne procédure écrite par Susana (http://www.petitpilote.org/blog/index.php?post/voler_usa) indiqué dans le fichier pdf ci-dessous. Je vous conseille juste de vous y prendre le plus tôt possible dès lors que savez que vous aller partir. Une fois votre fax ou courrier envoyé à la FAA et une copie à la DGAC, cela prend en générale 3 semaines à 1 mois pour recevoir le courrier de la FAA que vous devrez apporter lors de votre rendez-vous au FSDO. Il arrive que cela prenne bien plus pour diverses raisons, 2 voir 3 mois…
Je rajoute la traduction de mon certificat médical (Classe 2).
Procédure pour valider PPL JAA en PPL FAA
Traduction certificat médical classe 2

Je vais maintenant vous décrire ce dont vous aller avoir besoin et/ou vous servir pour voler et préparer vos navigations:

  • les cartes aéronautiques de la FAA. Voici un lien avec tous les types de cartes VFR: FAA VFR charts. Pour ma part, je n’utilisais que 2 types de cartes (coûte entre $5 et $10 selon les régions):
    • Les SAC (Sectional Aeronautical Chart), échelle 1:500000 comme nos cartes VFR IGN à la différence qu’elles montent bien plus haut.
    • Les TAC (Terminal Aera Chart), échelle 1:250000 et donc très précises, très détaillées. On retrouve ces cartes pour les espaces aériens “busy” comme Los Angeles, San Diego, San Francisco, Phoenix, Las Vegas…
  • Airport/Facility Directory Southwest U.S. (autrement appelé AFD ou “green book”). Il s’agit de l’équivalent de nos cartes VAC. Ce bouquin coûte $5, il est mis à jour tous les 2 mois.
  • le FAR/AIM (Federal Avitation Regulations / Aeronautical Information Manual). Toute la réglementation américaine. Il est recommandé de l’étudier avant de partir. Ce livre est assez gros et il n’est pas utile de le lire dans son intégralité, il y a une “Suggested Study List” avec les parties obligatoires à lire, celles que vous devez connaître. (prix environ $13)
  • skyvector.com. Outil merveilleux pour préparer vos navs. Il rassemble toutes les cartes VFR des US et permet de calculer vos cap magnétiques, distances, temps entre chaque leg! Bref, il simplifie beaucoup de choses.
  • airnav.com. Là aussi, site web excellent, il vous donne toutes les informations dont vous pouvez avoir besoin sur n’importe quel aéroport. Je l’utilisais principalement pour connaître le prix du fuel avant de partir en nav. Mais il renseigne également sur les FBO, restaurants présents sur l’aéroport ainsi que les hôtels aux alentours. C’est un incontournable lorsque vous partez pour un trip de plusieurs jours.
  • aviationweather.gov. L’équivalent d’Aeroweb par météo France donc bon site pour prendre ses décisions au niveau du temps. La nouveauté pour nous Français, ce sont les “PIREPs” ou Pilot Reports: il s’agit de “rapports” météo faits par des pilotes directement en vol à un endroit et un moment précis. Ces rapports sont consultables et peuvent vous donner une bonne idée du temps que vous allez trouver sur votre route.
  • Weather Brief. Concernant la météo, vous avez aussi la possibilité d’appeler un “briefer”. C’est un service totalement gratuit! En fait, au départ vous tombez sur un répondeur téléphonique qui vous demande la région dont vous partez pour votre vol. Ensuite, il vous met en relation avec le briefer. Vous lui donnez alors quelques indications comme le terrain de départ et d’arrivée, la route que vous allez suivre, le temps de vol, le type d’avion… il vous fait alors un briefing complet de toute la météo sur votre route et vous indique au passage si votre vol est conseillé ou non. Voici le numéro (1-800-WXBRIEF).

Vous pouvez commencer à travailler sur ces livres ou sites web avant de partir, cela vous aidera grandement et vous fera gagner beaucoup de temps sur place. Pour travailler la radio, liveATC est bien sûr un élément clé mais il ne s’utilise pas n’importe comment au hasard. Ce que je vous conseille, c’est de choisir un aéroport, par exemple Montgomery (KMYF). Commencez par écouter la fréquence sol et comprendre les instructions taxi pour vous rendre au point d’arrêt. Ensuite, passez sur la fréquence tour et écoutez les clairances de décollage et d’atterrissage et essayez de les répétez à haute voix. Il faut s’habituer à la voix des contrôleurs, écoutez et réécoutez jusqu’à que cela devienne automatique… Vous devez presque deviner, vous attendre à ce que va dire le contrôleur. Enfin lorsque vous êtes à l’aise sur les fréquences “sol et tour”, passez sur “approach”. Avec le décalage horaire, les fréquences “live” risquent d’être déserte puisqu’il fait nuit, à moins d’écouter le soir. La meilleure solution est donc d’écouter des archives en sélectionnant entre 23h et 04h Zulu, c’est alors l’après-midi pour les Californiens, donc moins d’attente et plus d’écoute pour vous!

3 thoughts on “Préparer un Time Building aux USA

  1. Salut,

    Moi même en mûrissement USA prévu en septembre prochain, après ATPL Bristol et avant d’aller à OAA. Ton article m’a été très utile. Superbes videos aussi! Bonne chance pour la suite.

Leave a Reply

%d bloggers like this:
Read GTRWallet here